À LA RECHERCHE DU
BIEN COMMUN EUROPÉEN

bandeau Violet

ATELIER 7

Les 17 ODD*, une opportunité européenne et locale pour créer des transitions communes

*objectifs de développement durable

« Les 17 ODD, une opportunité européenne et locale pour créer des transitions communes »

Les  données de part et d’autre des frontières ne sont pas collectées et construites de façon comparable, ce qui semble empêcher toute discussion objectivable. Les référentiels d’indicateurs construits autour d’objectifs communs de développement durable devraient permettre de dépasser cet écueil. Ils méritent d’être mieux connus, dans les potentiels et les limites qu’ils représentent : s’ils amorcent de vraies solutions pour partager une lisibilité des orientations développement durable, les indicateurs méritent de tenir compte au mieux des possibilités et besoins des usagers et du terrain. L’atelier défriche ces questions et propose des améliorations concrètes des façons de les aborder, au service du développement durable de nos territoires à l’européenne, véritable bien commun. 

L’approche renouvelée du Développement Durable, 17 objectifs et 169 cibles à atteindre pour 2030, a été partagée par l’ensemble des pays développés et en voie de développement membres des Nations Unies, fin 2015. Cet enjeu mondial, encore peu connu par les citoyens comme par les acteurs publics et privés, constitue un cadre commun de grande envergure en Europe et en France : un Agenda transversal multipartite et inter-échelles.  

Considéré comme une sorte de « plan guide du DD », cette approche devrait faciliter dialogues et programmations cohérente autour des minimas communs entre territoires. Il s’agit d’une opportunité que l’Europe a bien saisie, et de nombreuses initiatives nationales, régionales et communales sont en cours d’émergence en accord avec les engagements mondiaux. Celles-ci portent de manière prioritaire jusqu’à présent sur l’information, la sensibilisation et la pédagogie autour des objectifs. Elles portent aussi sur la question des indicateurs et référentiels ad hoc permettant le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre d’actions et de projets dans un cadre commun, mais peu sur une approche commune de planification et gestion multiple des territoires. 

Cette grande ambition mondiale et européenne qu’est le Développement Durable nécessite d’une part, la mobilisation d’une ingénierie technique, politique et sociale forte ; et d’autre part, une gouvernance multi-partenariale et financière capable d’assurer une mise en œuvre cohérente articulant les enjeux inter-échelles (de l’Europe au micro-local). Une ingénierie renouvelée, créative et sensible, sera d’autant plus efficace si les référentiels et les indicateurs utilisés sont partagés et considèrent les spécificités des projets territoriaux, sans mettre en cause l’indivisibilité programmatique des 17 ODD dans le processus de priorisations nationales et locales. De ce point de vue, le développement durable devient un « bien commun européen », appuyé par un agenda socio-territorial européen indivisible, progressif et partenarial. 

Crédits site I Logistique I TERRA NOBILIS
Crédits photos I Jean ISENMANN / ADEUS

Nous contacter

TN